La covid et vous

Interview d’une sénior du village sur son quotidien depuis le début de la crise sanitaire

– Bonjour, comment ça va ?
F – Doucement, avec ce virus c’est plus comme avant.
– C’est quoi plus comme avant ?
F – Eh bien, je ne vois plus autant de monde qu’avant, avant j’avais toujours du monde dans ma maison.
Je ne peux plus aller en courses avec ma fille.
Je ne peux plus sortir avec elle, allez voir de la famille, des amis.
– C’est quoi le plus difficile à supporter ?
F – Ne plus pourvoir embrasser mes enfants et mes petits-enfants, ça c’est dur …
– Vous en pensez quoi de ce virus ?
F – D’abord comment on doit l’appeler? Certains disent le covid et d’autres la covid. Il est masculin ou féminin ?
– Je crois qu’on peut dire les deux, cela dépend si on parle du corona virus, le virus lui est masculin mais si on parle de la covid 19, là on parle de la maladie et c’est donc féminin.
F – Masculin ou féminin c’est le même résultat, ça nous empêche de vivre normalement et ça fait plein de morts !
Heureusement, je peux aller dans mon jardin, c’est bien ma seule sortie.
Il y a la télé aussi mais ils finissent par vous faire peur car ils vous font voir toujours la même chose : des mourants dans les hôpitaux et toujours ce décompte de morts …
Bon je ne me plains pas, j’ai la chance de voir ma fille tous les jours même si c’est à travers un masque. Certains ne voient plus personne. C’est bien triste. J’en connais qui se sentent abandonnés.
– A votre avis, que faudrait-il faire ?
F – Il y a plein de services qu’il faudrait mettre en place pour les personnes seules qui n’ont personne, pour faire leurs courses, aller chercher leurs médicaments, leur amener du pain ; il n’ y a plus de boulanger qui passe, amener leur poubelle papier sur la place au container … Si vous n’avez pas de famille ou voisins bienveillants : qui peut faire tout cela ? … Ce virus c’est peut être un bien pour un mal, faire prendre conscience aux gens que la solidarité est forcément la seule réponse qui puisse permettre de le combattre.
Il faut que l’on soit tous unis pour aider chaque personne à vivre mieux et surtout les anciens qui sont seuls.

Propos recueillis par Laurent STACKLER, décembre 2020


Voir l’article : Courses pour les séniors